Palmiers secoués au bord de la mangrove commencent leur résistance au cyclone vorace.
Il veut tout engloutir.
Ogre affamé enroule de sa langue noire serpentine, les faiblards, les imprudents.
Il embrasse à étouffer tout ce qu'il soulève. Il les tient dans son oeil fluide, dilaté.

Dans des "plouf" musicaux s'enfoncent de petits corps amphibiens à la recherche d'une oasis précaire.
L'ondée devient averse puis cataracte.
Le paysage délavé s'estompe derrière voiles de pluie transparents.
Aquarelle surdimensionnée !

Tout part à vau-l'eau. Mygales fragilisées se noient dans ruisselets improbables, chutant des acacias ébouriffés.
Mangoustes, scolopendres, serpents verts, unis dans des flots marronnasses, finissent dans un même lit boueux.

Même les Faunes, d'habitude si spitants, en perdent leur latin.
Ils savent pourtant bien, eux, qu'il faut attendre demain !

FLORE

 

Vos mots partagés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.