Après le confinement, je serai bien contente. Mais on constatera sûrement des bouleversements psychologiques, sociologiques et économiques, en revanche il y aura des conséquences climatiques plutôt positives.

J’aurais peut-être perdu confiance en moi, ce serait con !!!

Dès que je pourrai sortir, pour me consoler, je me précipiterai pour m’acheter de la confiture, des confiseries et des condiments, surtout pas de conserves ni de congelés, j’en ai suffisamment consommé, si bien que j’en suis devenue constipée !

Non, comme auparavant, j’éplucherai mes légumes, particulièrement des concombres et je porterai mon compost au jardin partagé, c’est ma petite contribution vers le “zéro déchets”.

Cela me contrarierait de continuer à me nourrir si mal, c’est contre mes convictions et je serais contrainte d’aller à confesse.

J’irai aussi écouter des concerts de contrebasses et convierai mes congénères à converser et se raconter sans compter ! Puis nous nous rendrons dans un bar et nous nous enivrerons de cocktails exotiques au comptoir.

A la nuit tombée, je me rendrai sur une plage, et, confortablement allongée sur le sable encore chaud, je contemplerai le ciel et ses innombrables constellations.

Conclusion :
Quand on aura combattu ce “connard de virus” quel bonheur ce sera de se balader, sans contrôles, sans conditions, sans compromis, la conscience tranquille !

Mimi la comtesse de la rue d’enfer
06 avril 2020

 

Vos mots partagés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.